Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

vendredi 21 juillet 2017

Usages TIC 2012 des entreprises wallonnes

Les usages de base d'Internet sont intégrés aux méthodes de travail des entreprises wallonnes. Les usages avancés poursuivent leur progression dans le sens d'une plus grande mobilité dans le travail. La marge de progression des achats en ligne, de l'e-business ou du télétravail reste très importante
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 12/06/2012 | Imprimer | Envoyer
Attention ! Page archivée. Son contenu est trop ancien et/ou une page plus récente a été publiée sur ce sujet

Usages de base d'Internet

Les usages Web de base des entreprises wallonnes sont stables par rapport au dernier baromètre. Ils restent conditionnés à la taille de l'entreprise.

Usages d'Internet par les entreprises wallonnes connectées à Internet en 2011. Le total dépasse 100%, les entreprises ayant plusieurs usages simultanés d'Internet.
Usages d'Internet TPE PME GE 2011
Envoyer ou recevoir des e-mails 97% 98% 96% 97%
Chercher de l'information 92% 94% 95% 93%
Faire des opérations bancaires 83% 86% 90% 83%
Archiver des données via Internet 27% 35% 42% 27%
Faire des déclarations officielles (TVA, DIMONA, ISOC, etc.) 40% 76% 89% 42%
Etablir des devis 41% 42% 29% 41%
Réservation d'hôtels et de moyens de transport 38% 41% 59% 38%
Dématérialiser les contrats, factures et autres papiers 27% 24% 40% 27%
Téléphoner (Skype, Google Talk, etc.) 26% 15% 28% 25%
Répondre à des offres de marchés publics 16% 25% 36% 17%
Gérer les prestations du personnel 13% 49% 70% 15%
Suivre des formations à distance (e-learning) 17% 16% 38% 17%
Faire de la visioconférence 10% 7% 30% 10%
Télétravail autorisé 14% 23% 65% 14%

L'archivage de données dans le cloud, les déclarations obligatoires via Internet, la gestion des prestations online, ou encore le télétravail et l'e-learning sont clairement plus répandus dans les grandes entreprises. Non seulement parce que l'usage de ces technologies génère des économies d'échelle dans les grandes structures, mais aussi parce que les volumes d'information à traiter sont tels qu'ils nécessitent une automatisation de certaines tâches.

Usages avancés d'Internet. L'embellie se confirme

Le tableau ci-dessous propose une vue d'ensemble des niveaux d'usages avancés d'Internet par les entreprises wallonnes.

Indicateurs clés des usages avancés d'Internet au sein des entreprises wallonnes en 2011.
Usages avancés d'Internet TPE PME GE 2011 2010 Evolution
Achats en ligne 41% 47% 47% 41% 39% +2
Fourniture d'une connexion au domicile de certains travailleurs 16% 16% 46% 16% 14% +2
Présence de télétravailleurs réguliers dans l'entreprise 38% 31% 51% 38% / /
Présence sur les réseaux sociaux 30% 18% 9% 29% 27% +2
Connexions mobiles à Internet 19% 31% 70% 19% 10% +9
E-business 9% 18% 53% 9% 9% stable
Vente en ligne 9% 8% 24% 9% 9% stable

Les usages avancés d'Internet continuent à progresser dans le sens d'une plus grande mobilité dans le travail. Les connexions à Internet en situation de mobilité professionnelle font ainsi un bond de 9 points entre 2010 et 2011. Ce taux confirme l'émergence du phénomène du SoLoMo (Social Local Mobile) amorçée en 2011. Il correspond à la convergence des réseaux sociaux, de la géolocalisation et des nouveaux usages mobiles du Web (comparatif en ligne des produits avant un achat en magasin, échange d'avis consommateurs, téléchargements d'applications diverses, publication de contenus depuis un smartphone, télévision, musique, jeux, etc.).

Le mobile est la tête de pont de cette tendance en permettant un accès à Internet "anywhere, anytime, any device". Les perspectives du SoLoMo excite les appétits des marketers qui rêvent de pouvoir géolocaliser le consommateur et de lui proposer une offre sur mesure à la fois en fonction de ses affinités, mais aussi en fonction de son environnement immédiat. Un exemple parlant à cet égard est celui de Coca Cola, qui envoie un SMS comportant un code de réduction aux utilisateurs de smartphones se trouvant près d'un de ses points de vente.

La hausse de 10 points des achats électroniques constatée entre 2009 et 2010 se confirme par une hausse de 2 points supplémentaires entre 2010 et 2011. Idem au niveau de la vente électronique qui reste stable après une progression de 2 points l'année dernière.

Achats en ligne

41% des entreprises wallonnes déclarent faire des achats en ligne. C'est deux points de mieux par rapport au dernier baromètre. Les achats électroniques de fournitures sont prédominants et en hausse de 4 points par rapport au dernier baromètre, alors que les achats liés à l'activité principale, eux, restent stables à 59% des achats.

Nature des achats en ligne effectués en 2011 par les entreprises wallonnes. Population: les 41% d'entreprises effectuant des achats en ligne. Le total est supérieur à 100% car les entreprises peuvent faire plusieurs types d'achats
Nature des achats en ligne 2011
Achats de produits/services liés au fonctionnement de l'entreprise (fournitures) 66%
Achats de produits/services liés à l'activité principale (matières premières) 59%
Achats de biens et de services immatériels (saas, etc.) 32%
Achats de services classiques prestés hors ligne 24%

39% des entreprises wallonnes effectuant des achats en ligne doivent les réencoder dans la comptabilité. Une marge de progression existe donc au niveau de l'intégration de ces achats avec le back-office.

La taille n'a que peu d'influence sur le fait d'acheter par voie électronique. Ainsi, les TPE sont 41% à effectuer des achats en ligne tandis que les PME/GE affichent un taux de 47%, soit une différence d'à peine 6%. Du point de vue sectoriel, les secteurs qui font le plus d'achats électroniques sont les services aux entreprises (65%), directement suivis par les garages et la finance ( 49%). A l'autre bout du classement, on trouve sans surprise l'immobilier (32%) et l'agriculture (17%).

Localisation des fournisseurs dans le cadre des achats en ligne

Localisation des fournisseurs dans le cadre des achats en ligne effectués en 2011 par les entreprises wallonnes. Population: les 41% d'entreprises effectuant des achats en ligne. Le total est supérieur à 100% car les entreprises peuvent avoir plusieurs fournisseurs
Localisation des fournisseurs
dans le cadre des achats en ligne
2011
Situés en dehors de l'Union européenne 14%
Wallonie 18%
Belgique 54%
Europe 58%

Ce tableau confirme le caractère local des partenariats noués par les entreprises wallonnes en général.

Les freins aux achats en ligne

Ces freins varient peu d'une année à l'autre. C'est principalement l'inutilité perçue d'Internet comme canal d'approvisionnement qui bloque de nombreuses entreprises dans une éventuelle démarche d'e-achat.

Freins aux achats en ligne. Population de référence: les 49% des entreprises wallonnes n'ayant effectué aucun achat en ligne en 2011. Le total peut être supérieur à 100% car plusieurs freins peuvent coexister
Freins aux achats en ligne 2011
Inutilité perçue d'Internet comme canal d'approvisionnement 77%
Préfère voir la marchandise avant d'acheter 16%
Les fournisseurs ne le proposent pas ou envoient leurs délégués pour présenter les produits 11%
Trop complexe à mettre en oeuvre 8%
Craintes relatives à la sécurité des paiements effectués via Internet 5%

On constate également que la sécurité des transactions financières sur Internet n'est qu'un frein très marginal aux achats en ligne.

E-business

9% des entreprises wallonnes ont mis en oeuvre des interconnexions informatisées avec d'autres entreprises via VPN, extranet, EDI, etc. Ce taux grimpe à 18% au sein des PME et à plus de 50% au sein des grandes entreprises.

Types d'interconnexions informatisées entre entreprises wallonnes en 2011. Population: les 9% d'entreprises wallonnes ayant mis en oeuvre des interconnexions informatisées. Le total est supérieur à 100 car les entreprises peuvent mettre en place plusieurs types d'interconnexions
Interconnexions informatisées entre entreprises 2011
Extranet 47%
VPN 44%
EDI (hors Internet) 12%
Web EDI ou EDI light 5%

Avantages de la mise en réseau

Les 9% d'entreprises wallonnes ayant mis en oeuvre des interconnexions informatisées ont été interrogées sur les avantages de cette mise en réseau avec leurs partenaires. Voici le top 5 des avantages:

  • amélioration/rationalisation des méthodes de travail: 54%,
  • allègement/partage des tâches administratives: 42%,
  • réduction des coûts de fonctionnement (économies d'échelle): 23%,
  • réduction du nombre d'intermédiaires: 20%,
  • réduction des délais de livraison: 15%.

A contrario, quand on interroge ces mêmes entreprises sur les difficultés qu'elles ont traversées lors de la mise en réseau, 58% déclarent qu'elles n'ont pas rencontré de difficulté particulière. Cela tient au fait que les liaisons principalement mises en oeuvre sont des extranet, lesquels posent habituellement beaucoup moins de problèmes que les laisons au sein d'un ERP par exemple. Parallèlement, le top 5 des difficultés rencontrées est centré sur les difficultés d'implémentation et de changement des systèmes d'information:

  • obligation de réformer les méthodes de travail à cause du nouveau système informatique: 24%,
  • bugs rencontrés juste après l'implémentation de nouveaux logiciels: 13%,
  • implémentation longue et difficile de progiciels de gestion (ERP, EDI, etc.): 9%,
  • changements opérés au sein du système informatique de l'entreprise: 9%.

Les difficultés rencontrées par les entreprises interconnectées ne se retrouvent pas dans les freins évoqués par les entreprises ne pratiquant pas l'e-business. Au contraire, c'est à nouveau l'inutilité perçue de la technologie qui "explique" que 88% des entreprises wallonnes n'ont pas mis en place d'interconnexion informatisée avec leurs partenaires. Cela démontre deux choses:

  • un travail d'information quant aux réelles difficultés qu'implique l'e-business reste à faire auprès d'un grand nombre d'entreprises locales;
  • les secteurs leaders de la vente électronique (distribution, garages (pièces et accessoires) et TIC) sont des petits secteurs de l'économie régionale dont les enjeux et les contraintes sont spécifiques par rapport à l'ensemble des entreprises régionales.

Télétravail

56% des actifs belges souhaiteraient travailler à domicile au moins un jour par semaine. A peine 16%, le font régulièrement. C'est ce qui ressort d'une étude menée par Jobat en 2011 auprès de 5.333 travailleurs belges, à l'occasion de la journée nationale du télétravail, le 8 décembre 2011.

16%, c'est précisément le taux d'entreprises wallonnes qui équipent le domicile de certains travailleurs en connexion à Internet à haut débit en 2011. La marge de progression est donc énorme entre les désirs des travailleurs et les initiatives prises par les entreprises au plan technologique pour rendre le télétravail possible dans de bonnes conditions.

Les freins au télétravail ne sont pas que technologiques. Ils sont aussi d'ordre psychologique au niveau des directions d'entreprises. 43% des travailleurs interrogés déclarent ainsi que leur direction est opposée au travail à domicile. Le télétravail et le nomadisme technologiques sont pourtant deux tendances fondamentales de l'organisation du travail en 2011. Pour preuve, 38% des entreprises wallonnes déclarent avoir au moins un collaborateur qui télétravaille régulièrement.

Enfin, un dernier constat s'impose: plus la fonction du collaborateur est élevée dans la hiérarchie, plus sa propension à télétravailler est grande. L'autonomie de la fonction occupée par un cadre ou un dirigeant sera décuplée par l'usage des TIC pour se rendre disponible n'importe quand et n'importe où pour son travail. Les TIC rendent la porosité entre vie professionnelle et privée plus importante, mais elles permettent en même temps de trouver un meilleur équilibre entre ces deux pôles en gagnant du temps pour effectuer certaines tâches à distance.

Connexions mobiles à Internet

Les connexions mobiles à Internet dans le cadre professionnel ont fait un bon de 9 points entre 2010 et 2011. Le bureau se déplace avec le travailleur grâce au smartphone.

Cela porte à 19% le taux d'entreprises wallonnes revendiquant des connexions à Internet en situation de mobilité professionnelle. Dans plus de 8 cas sur dix, les connexions mobiles à Internet servent à relever les e-mails et surfer sur des sites web. Dans 39% des cas, elles servent aussi à la géolocalisation ou encore à accéder aux bases de données de l'entreprise à distance (24% des cas de connexion).

Portail de la Région wallonne